Arnaques sur internet « les cyber-escrocs ne reculent aujourd’hui devant aucune technique »

Numérique

Les escroqueries aux placements financiers sur internet ont pris de l’ampleur, se décuplant au cours de ces dernières années. Malgré de nombreuses alertes de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) et de la CNIL, personne n’est à l’abri de ces arnaques en ligne, le danger est partout. 

Le cabinet Ziegler et Associés, spécialisé dans les questions de e-commerce, a pour habitude de défendre les victimes de ces escroqueries sur internet. L’associé du cabinet, Maître Ziegler, nous parle de son expérience face à ces fraudes en ligne qui se multiplient

Maître Ziegler, avez-vous remarqué dans le cadre vos affaires, une réelle hausse des escroqueries aux placements financiers en ligne ?

Oui, c’est certain ! A l’ère du numérique et plus particulièrement depuis l’explosion du e-commerce pendant la crise sanitaire, les cyber-escrocs ne reculent aujourd’hui devant aucune technique pour tromper les internautes inexpérimentés dans le placement financier sur internet. En l’espace de quelques mois, nous avons eu plus de 100 affaires concernant les escroqueries en ligne.

Comment les fraudes aux placements financiers se déroulent-elles ?

Il existe plusieurs méthodes, mais la plus courante est le "phishing", qui incite les victimes à investir dans le capital de sociétés dont l’identité a été usurpée. Pour arriver à leurs fins, les personnes malveillantes se font passer pour un tiers de confiance, un organisme bancaire par exemple, pour obtenir les données confidentielles de ses victimes. 

Dans ces affaires, la confiance établie entre le cyber-escroc et sa victime est essentielle. Cette dernière s’instaure notamment à travers des coups de téléphone répétés, souvent tous les jours, à travers lesquels la victime a l’impression de s’adresser à un interlocuteur réel, mais surtout honnête. Ce lien permet une mise en confiance de la part de la victime, plus à même ensuite de partager des informations la concernant.

Les données souvent partagées sont :

  • un numéro de compte
  • codes de carte bleue
  • code d’espace personnel
  • adresse


Une fois ces données en leur possession, les malfaiteurs peuvent accéder facilement à leurs comptes en ligne pour en détourner illégalement les fonds. Mais il faut savoir qu’avec le temps, les cyber-escrocs ont réussi à développer d’autres méthodes d’escroqueries financières particulièrement sophistiquées, rendant les victimes encore plus vulnérables.

Parlez-nous justement des cas d'escroqueries à l'investissement auxquels vous avez dû faire face dans votre cabinet…

J’ai deux affaires en tête… La première concerne un investissement dans le vin. Notre cliente avait vu une publicité sur Facebook d’une entreprise qui proposait à des personnes d’investir de l’argent dans le vin. Elle a cliqué sur cette publicité et a indiqué son numéro de téléphone puisqu’elle était intéressée.

Une fois cette information partagée, les cyber-escrocs ont pu contacter notre cliente, et ce à plusieurs reprises. En confiance avec ses interlocuteurs, notre cliente s’est engagée et a versé à l’entreprise, en l’espace de deux mois, la somme de 46 000 euros. 

 

Un jour, notre cliente a souhaité procéder à un retrait de fonds. A partir de ce moment, l’entreprise n’a plus donné signe de vie. Notre cliente a compris qu’elle avait été victime d’une arnaque financière. En plus de n’avoir touché aucun bénéfice de ses investissements, qui devaient s’élever à plus de 90 000 euros, notre cliente a également perdu la somme de 46 000 euros.

Et qu’en-est-il de la seconde arnaque financière ?

La seconde affaire est plus récente. Notre client a été contacté par téléphone par un homme lui proposant d’investir dans des placements financiers. Coïncidence ? Notre client venait tout juste de vendre un appartement sur Leboncoin, où il avait laissé son numéro de téléphone, et souhaitait investir dans des placements financiers. En se renseignant sur internet, notre client a été rassuré puisqu’aucune escroquerie ne faisait référence à la société de l’homme qui l’avait contacté.

Mis en confiance, il s’est engagé et a effectué plusieurs versements bancaires à ladite société, pour un montant total de 250 000 euros. Bien que quelques bénéfices lui aient été reversés, dérisoires compte tenu des fonds qu’il a investi, notre client à commencé à avoir des doutes. La société venait d’être signalée sur le site de l’AMF, Autorité des Marchés Financiers. Il a voulu récupérer ses fonds, mais n’a depuis plus aucune nouvelle de la société à laquelle il a versé 250 000 euros.

Ces fraudes aux placements financiers sur internet sont-elles punies pénalement ?

Oui, elles sont pénalement réprimandées, c’est pourquoi notre cabinet d’avocats est là pour accompagner et représenter les victimes de ces fraudes en ligne dans la procédure judiciaire.


Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Ne sera pas publié

Envoyé !

Derniers articles

Catégories

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.