Arnaque NFT : les droits d’auteur pillés

11 Avr 2022 Cabinet d’avocats Ziegler & Associés Numérique

En pleine ascension depuis le confinement de 2020, le crypto-art donne la possibilité à des profanes de se muer en millionnaires du pixel grâce à la technologie des non-fungible token (NFT). Illustration de cet engouement, l’œuvre numérique Everydays : The first 5 000 days de la crypto-artiste Beeple a atteint une valeur de 69 millions de dollars lors d’une vente aux enchères virtuelles en 2021. Malgré ses promesses de protection des artistes, la technologie NFT est le terrain de nombreuses contrefaçons. Ainsi, quelles implications et solutions juridiques pour les ayant-droits ? 

Un rare contrôle des œuvres liées aux NFT par les plateformes d’échange

Parfois associés à une œuvre, les jetons non-fongibles assurent la propriété du fichier numérique car il s’agit d’un certificat d’authenticité unique inscrit dans une blockchain, c’est-à-dire un registre électronique infalsifiable. Toutefois, un NFT n’assure nullement la propriété du support de l’œuvre à laquelle elle renvoie et n’est pas une œuvre de l’esprit au sens du droit de la propriété intellectuelle, lequel soumet le bénéfice du droit d’auteur au caractère original de l’œuvre[1]. En effet, aucune originalité ne réside dans la copie numérique d’une œuvre par le biais d’un fichier numérique, lui-même accessible à partir d’un lien inscrit dans le code du jeton[2]. En pratique, les plateformes de NFT contrôlent rarement si les émetteurs de jetons renvoyant à une œuvre sous-jacente en possèdent la propriété intellectuelle, en tant qu’auteurs ou licenciés. Cela donne alors lieu à de nombreuses violations du droit d’auteur. A titre d’exemple, le NFT d’un faux Banksy a été vendu 512 ETH (plus d’un million de dollars) sur la plateforme d’échange OpenSea[3]

 


[1] Ziegler & Associés, « Livre blanc sur les cryptomonnaies et NFT », 23 mars 2022, https://www.ziegler-associes.com/publications/articles/livre-blanc-sur-les-cryptomonnaies-et-nft.

[2] Romain Chilly, ORWL Avocats, « NFT-contrefaçon : quelles actions pour les plateformes et les ayants droit? », 23 mars 2022, https://www.orwl.fr/blog/nft-contrefacon-quelles-actions-pour-les-plateformes-et-les-ayants-droit/.

[3] Maxime Laglasse, « Du Banksy vendu sur Rarible pour des centaines d’Ether ? Pas si vite … »,  Cointribune, 21 février 2021, https://www.cointribune.com/tribunes/tribune-nft/du-banksy-vendu-sur-rarible-pour-des-centaines-dether-pas-si-vite/.

La contrefaçon, une lourde atteinte au droit de la propriété intellectuelle

Ne pouvant être assimilés ni à des cryptomonnaies ni à des jetons numériques, les NFT ne font l’objet d’aucune règlementation spécifique[4]. Toutefois, la création d’un NFT associé à une œuvre sans l’autorisation de son auteur constitue une lourde atteinte à la propriété intellectuelle, la responsabilité reposant sur l’émetteur mais aussi potentiellement sur la marketplace.

 


[4] Ziegler & Associés,  « Livre blanc sur les cryptomonnaies et NFT », 22 mars 2022, https://www.ziegler-associes.com/publications/articles/livre-blanc-sur-les-cryptomonnaies-et-nft.

Sous l’angle de la propriété intellectuelle, la copie, le téléchargement et la diffusion d’une œuvre au public à des fins lucratives relèvent normalement des droits exclusifs de l’auteur ou des ayants droits. Or, la contrefaçon correspond à tout acte violant les droits exclusifs de l’auteur[5]. En l’espèce, l’émission d’un NFT portant sur une œuvre couverte par le droit d’auteur sans l’autorisation de l’ayant-droit constitue une contrefaçon. Sous l’angle du droit pénal, tout acte de contrefaçon en France constitue un délit punissable d’une amende d’un montant minimum de 300 000 euros et d’une peine d’emprisonnement de trois ans[6].


[5] Code de la propriété intellectuelle, article L. 335-2.

[6] Idem. 

Afin de pallier les difficultés d’identification sur les protocoles blockchain où règnent l’anonymat, la Directive Européenne sur le droit d’auteur dans le Marché Unique Numérique (DAMUN) de 2019, a instauré un régime de responsabilité graduelle de certaines plateformes. Ce régime de responsabilité vise les fournisseurs de services de partage de contenus en ligne dont « l‘un des objectifs principaux est de stocker et de donner au public l’accès à une quantité importante d’œuvres protégées par le droit d’auteur »[7]. Or, les places de marché de NFT hébergent souvent des œuvres protégées et sont donc très probablement soumises aux obligations détaillées par l’ordonnance de transposition de la directive à l’article L. 137-1 du Code de la propriété intellectuelle. Premièrement, les plateformes concernées doivent faire tout leur possible pour obtenir l’autorisation des titulaires des droits lorsqu’elles mettent à disposition leurs œuvres. Deuxièmement, il leur incombe d’agir promptement, dès réception d’une notification par le titulaire du droit d’auteur, pour bloquer le contenu illicite et faire obstacle à toute nouvelle diffusion du contenu en cause. Pour précision, l’obligation d’empêcher tout nouveau « téléversement » du contenu illicite notifié ne pèse pas sur les jeunes plateformes de partage de contenu réalisant un chiffre d’affaires inférieur à 10 millions d’euros[8].

 


[7] CPI, article L. 137-1 nouveau

[8] Ordonnance n°2021-580 du 12 mai 2021, https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000043496429

Les actions qui s’offrent aux titulaires d’un droit d’auteur

Tout d’abord, l’auteur d’une œuvre contrefaite peut demander, par le biais d’une notification, à la plateforme de retirer rapidement le contenu qui porte atteinte à ses droits exclusifs. La notification doit contenir la preuve de la titularité du droit d’auteur.

En cas de litige relatif au traitement de la plainte par la plateforme, les titulaires des droits pourront saisir l’Arcom (Autorité publique française de régulation de la communication audiovisuelle et numérique), celle-ci pouvant prescrire des mesures pour assurer le retrait d’un contenu contrefaisant.

L'injonction judiciaire

À défaut d’une solution satisfaisante mise en œuvre par la plateforme, deux procédures permettent la délivrance d’une injonction judiciaire. Avant toute procédure au fond et à titre temporaire, une injonction judiciaire peut être demandée selon la procédure de référé classique prévue à l’article 835 du code de procédure civile. 

Par ailleurs, l’article L. 336-2 du code de la propriété intellectuelle donne au juge civil le pouvoir de prononcer « toutes mesures propres à prévenir ou à faire cesser une telle atteinte à un droit d’auteur ou un droit voisin, à l’encontre de toute personne susceptible de contribuer à y remédier ».

L’injonction peut s’adresser à la plateforme mais aussi au fournisseur d’accès à Internet pour qu’il bloque le site ou au moteur de recherche afin qu’il procède à un déférencement des résultats.

L’engagement de la responsabilité pénale et civile

Enfin, le titulaire du droit d’auteur a la faculté d’engager une action pénale devant le tribunal correctionnel pour faire sanctionner le contrefacteur aux peines mentionnées précédemment. Des dommages et intérêts versés à la victime peuvent également s’y ajouter. 

L'action civile

Autrement, la victime de contrefaçon peut introduire une action civile contre le contrefacteur ou, à défaut d’identification possible, contre la plateforme en vue d’obtenir réparation du préjudice subi. L’action sera portée devant le tribunal judicaire par voie d’assignation et la représentation par avocat sera obligatoire. L’action civile permet d’obtenir une décision plus rapidement et une indemnisation plus importante que l’action pénale mais nécessitera un travail d’établissement de la preuve plus conséquent. 


Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Ne sera pas publié

Envoyé !

Derniers articles

Suivre l'actualité du cabinet

Envoyé !

Catégories

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.